Les buts conscients des entrepreneurs

• G. Bateson (1967) expose la théorie du « paradoxe de buts conscients » en montrant que les buts conscients nous emmènent là où l’on ne veut pas aller….ou tout au moins pas là où nous souhaitions aller. Tout se passe comme si le fait d’orienter la conscience vers ces buts nous coupait des « processus récursifs adaptatifs » avec l’environnement. L’individu voit seulement la version élaborée de manière réflexive d’une réalité complexe et donc ne perçoit qu’un faible pourcentage de ce qui touche les sens. Il est guidé dans cette perception par certains buts. Le problème c’est que tout se passe comme si c’étaient les buts qui décidaient de ce dont l’individu allait prendre conscience.
• Les entrepreneurs sont parfois victimes de leurs buts conscients qui les coincent dans une sorte d’impératif rigide . (« il faut absolument que »).
• À tout prix réussir ce projet de création! « Je dois à tout prix réussir dans cette entreprise telle que je l’ai imaginée ! ».
• Contrôler l’incontrôlable.
• Trouver la meilleure décision.
• Savoir avant d’avoir appris ou connaître avant d’avoir expérimenté.
• Contrôler les émotions (notamment la peur, la tristesse) :  « je ne dois pas avoir peur je suis entrepreneur » ou « je ne dois pas être triste et découragé, je suis entrepreneur »…
• Cette éprouvette a donné lieu à un article co-écrit avec Damien Richard , enseignant à l’INSEEC ALPES-SAVOIE.
• « Accompagner différemment les entrepreneurs » présenté au colloque du 31 janvier et 1er février 2013 – Groupe ESC Chambéry Savoie. Académie de l’entrepreneuriat.